Menu principal

La Jeunesse Emmerde Le FN : l’histoire du plus célèbre slogan punk français
Beaucoup l’ont déjà scandé. En manif, entre potes, via un commentaire Facebook. Mais qui connaît vraiment l’origine de ces six mots rentrés dans la conscience militante puis populaire ? Quelques jours après les 10 millions de voix récoltées par Marine Le Pen, retour sur la création et la propagation du slogan « La Jeunesse Emmerde Le Front National » en compagnie de deux membres de l’aventure punk française la plus radicale : Bérurier Noir.

6 décembre 1986, 6ème arrondissement de Paris. Devant un de ces clubs de jazz qui donne au Quartier Latin cet air de Belle Époque, il est environ minuit quand Malik Oussekine est passé à tabac violemment. Dans le rôle des « assassins » ? Des « voltigeurs », nom qu’on attribuait aux unités spéciales de police chargées de « nettoyer » les rues dans le sillage des manifestations contre le projet de réforme de l’université porté par le Ministre délégué à la Recherche et à l’Enseignement supérieur, Alain Devaquet. La victime ? Un étudiant franco-algérien de 22 ans. Dans la nuit, ce dernier décède des suites de ses blessures. Le lendemain, alors qu’une protestation étudiante contre la réforme des universités rassemblait déjà des centaines de milliers de personnes dans les rues, les revendications anti-racisme s’ajoutent au concert de protestations. Ceci d’une façon de plus en plus claire. « Je faisais partie de ces collégiens qui ont séché l’école pour protester » raconte aujourd’hui la chanteuse parisienne Agnès Bihl. « C’était à cette époque où Charles Pasqua était Ministre de l’Intérieur, le FN venait de rentrer à l’Assemblée Nationale, les contrôles au faciès humiliants étaient monnaie courante... Et en bande-son, il y avait évidemment les Bérus. On écoutait " Porcherie " en sautant, en riant. On se disait que la haine ne passerait pas. Et pour s’en persuader on criait " La jeunesse emmerde le Front National " ! ».

La prise de conscience du péril Front National dans le rock a donc trouvé son meilleur mégaphone à travers le punk rock grinçant de Bérurier Noir. Dans les milieux alternatifs habitués à la vie dans les squats on a appris à connaître et apprécier la musique de ce groupe souvent réduit à son diminutif « Les Bérus ». Formés autour d’un noyau dur constitué du chanteur François (alias Fanfan), du guitariste Loran et du saxophoniste Tomas (alias Masto) ces derniers sont même devenus le groupe de punk français le plus important des années 80. Le seul capable de réunir dans leurs meilleurs albums l’héritage du no future anglais, l’esthétisme du cinéma de Fellini et la réalité de la France de ces années où le gauchisme ne s’apprécie pas sans un certain radicalisme. En 1985, dans l’album Concerto Pour Détraqués, se trouve donc « Porcherie ». Comme souvent chez les Bérus le morceau n’est pas exactement un simple titre à pogo. A en croire les intéressés, il est plutôt à prendre comme leur dénonciation la plus brute des « porcs » qui provoquent les maux de la société. Ainsi va le refrain : « Flic-Armée ? Porcherie ! Apartheid ? Porcherie ! DST ? Porcherie ! Et Le Pen ? Porcherie ! ». Selon Loran, la dernière cible faisait particulièrement mouche auprès de son public : « Le morceau, inspiré du film Porcherie de Pasolini, a été écrit en 1984 quand, pour la première fois, le FN avait dépassé les 10% dans une élection. Sur l’album, il y a la voix de Jean-Marie (sic) qui se transforme en cochon, on pensait se recevoir un procès, et je peux te dire qu’on était prêts ! On voulait un débat, on voulait passer à la télé face à lui. Finalement, il n’a rien engagé, mais on est parti en tournée et on s’est vite rendu compte que les jeunes réagissaient énormément à cette chanson précise. Surtout quand on dit « Le Pen ? Porcherie ! », on sentait une énorme vibration soudaine venue du public. » A en croire le guitariste, le groupe dans son ensemble est même un peu soufflé par la réaction collective : « La vérité c’est qu’on s’est dit, wow, la jeunesse emmerde le Front National ou quoi ? Alors au fur et à mesure des dates, j’ai commencé à rajouter deux riffs de guitare sur la fin du morceau. L’idée derrière ça c’était que le public lui-même se mette à chanter le slogan que tout le monde connaît, alors qu’il n’est pas présent sur la version originale ». Comprendre : transformer enfin une chanson en slogan politique aussi facile à s’approprier que le célèbre « Et F comme fasciste ! Et N comme nazi ! A bas ! A bas, le front national ! » que les lycéens et étudiants reprennent en chœur entre deux douces mélopées au djembé.

Ceci posé, si l’on croit ceux qui les ont vécu, les concerts des Bérus n’étaient pas communs. Aussi gouailleur que précis, le manager historique du groupe, Marsu a accepté de rembobiner ses souvenirs de live : « Pratiquement tous les sets des Bérus ont été des moments intenses, et parfois inouïs. Je vais te dire, ça ressemblait surtout à des séances de défoulement juvéniles aux frontières de la transe collective théorise la colonne vertébrale des Bérus non sans un peu de lyrisme Il y avait de la frénésie et de la ferveur, de l’amour après la rage. On voyait arriver tous ces gens (et pas que des jeunes) qui jetaient bas leur solitude, leur souffrance, leur colère pour se lâcher dans une grande catharsis où ils se sentaient partie d’un même corps, d’un "Mouvement d’la Jeunesse". Ça fonctionnait comme une machine à recycler les pulsions négatives en énergie créative et solidaire ». Rien que ça.

Sur une note plus pragmatique, au milieu des années 80, les Bérus vendent des centaines de milliers de disques. Pas certain que la France ait compris comment un groupe de punk aussi radical politiquement qui représente les cercles libertaires, anarchistes et la culture squat a pu grimper aussi haut jusqu’à devenir un phénomène qui a dépassé le rock pour devenir un flash générationnel. Habitués des manifestations en tout genre, les membres du groupe voient « Porcherie » et son nouveau slogan de conclusion devenir une sorte d’hymne d’abord pour les plus radicaux, puis pour toute la jeunesse qui participe aux luttes de la fin 1986 ayant pour toile de fond la première cohabitation entre François Mitterrand et Jacques Chirac. Marsu a quand même sa petite théorie de derrière les fagots : « J’appelle ça le principe du dandy. Prends une classe d’école. Au départ c’est toujours le plus original qui se démarque. Tout seul. Puis à la fin de l’année il y en a quinze qui vont faire comme lui ». Vrai. Bérurier Noir n’est plus tout seul sur le créneau rock alternatif et libertaire et doit désormais composer avec la concurrence respectueuse de Mano Negra, Ludwig Von 88, Garçons Bouchers et autres Wampas. Si les partis de gauche voient tout le bénéfice qu’il y aurait à récupérer la voix des Bérus ces derniers refusent de se faire encarter. A preuve leur refus de se produire à la fête de l’Humanité. Mais là encore c’est l’anti racisme qui va faire dévier la ligne du parti « Béru ». Seule entorse au principe, un concert à Bastille organisé par SOS Racisme, le « sous-marin du PS destiné à capter les jeunes » comme le décrit Marsu. L’événement a lieu le 29 novembre 1987, sur la place de la Bastille noire de monde. A l’affiche avec le groupe de François et de Loran, il y a les Washington Dead Cats, les Cafards et les Ludwig Von 88. Marsu relance : « Bien entendu, ça s’est mal passé. On a invité un autre groupe copain à nous rejoindre sur scène qui s’est mis à déclarer, en vrai, on n’est pas très SOS Racisme, on est plus JALB (Jeunes Arabes de Lyon et sa Banlieue, ceux qui ont débuté la fameuse Marche des Beurs de 1983 que SOS Racisme a récupéré, voire « blanchisé » selon ses détracteurs). Un gars de SOS débarque alors et crie « on coupe, on coupe ! ». Énervé, je l’ai poussé de l’escalier menant à la scène. On a eu une altercation tendue. Il se figure que c’était Julien Dray, futur cadre du PS... En tant que gérant de label, je l’ai d’ailleurs recroisé quand il est devenu vice-président du Conseil Régional. » Marsu forme un large sourire « Il ne m’a pas reconnu, ça m’a bien arrangé ! ».

A cause de tensions internes, de revenus de tournée en baisse face au boycott de certaines mairies apeurées, et d’une volonté farouche de ne pas se professionnaliser dans la musique, l’équipée sauvage Bérurier Noir met fin à son histoire en 1989. Aussi brutalement, mais dignement. En tant que figures de proue des courants alternatifs, autant musicaux que idéologiques, des 80’s en France, c’est alors une vraie page qui se tourne. « Autour de moi, j’ai vu beaucoup de gens arrêter de lutter en même temps que la fin des Bérus » confie Marsu. « C’était à la nouvelle génération de reprendre le flambeau. Mais des groupes comme La Mano Negra, que j’admire par ailleurs, n’ont pas retenu toute la complexité du propos des Bérus. Ils n’en ont retenu que l’anti-fascisme un peu consensuel ». Au moins, les Bérus s’autodétruisent en fanfare après une série de trois concerts à l’Olympia de Paris les 9, 10 et 11 novembre 1989. Un de ceux-ci est filmé. Aujourd’hui, c’est la version de « Porcherie » jouée lors de ce set, avec le fameux « La jeunesse emmerde le FN », qui est écoutée et partagée, immortalisée. Comme un symbole, ce fut le même jour que la chute du Mur de Berlin. « Le 10, le mur tombait, et le 11, on signait l’armistice avec le rock, c’était très fort » poétise Loran. Ce qu’il ne savait pas, c’est que leur slogan phare allait perdurer. Selon Marsu, ce retour de flamme est en grande partie dû à la scène électronique française. Plusieurs des héros de la nouvelle techno nation n’hésiteront pas à les sampler et les reprendre. Pourquoi ? En grande partie à cause du minimalisme qui a défini le son Béru. A preuve, les DJ sets de Laurent Garnier s’achèvent de plus en plus régulièrement au fracas des guitares et des rythmiques de « Porcherie ». Loran, lui, n’avait plus chanté « Porcherie » depuis longtemps au sein de son groupe actuel, les Ramoneurs de Menhirs. Devoir de mémoire punk oblige, il a finalement publié une reprise le mardi 2 mai 2017. Deux jours après la qualification au second tour de Le Pen, fille. Accueillie, pour le coup, presque sans émoi. Mais que fait la jeunesse ?

[article publié le 12 mai 2017 sur le site http://www.greenroom.fr/116609-jeunesse-emmerde-front-national-lhistoire-derriere-plus-celebre-slogan-punk-francais]

Le label Archives de la Zone Mondiale célèbre dix années d’invisibilité Bérurière et en profite pour exhumer un ultime voyage composé d’inédits et de remixes tirés de l’album “Invisible”, sous la forme d’une série de 45 tours illustrés. A cette occasion, une dizaine d’artistes ont été invité.e.s à s’emparer graphiquement des morceaux et à porter autant de regards originaux et contemporains sur ces titres.
Parution MARS 2017. Pour en savoir +

1983, Fanxoa, futur chanteur et co-fondateur de Bérurier Noir, est encore étudiant aux Beaux-Arts de Paris. L’époque est sombre, le tableau écarlate, la mort rôde. Fortement marqué par le cinéma japonais d’avant-garde ou de la nouvelle vague, il rédige 24 histoires courtes toutes en tension, pulsions et cruauté. Sur le plan pictural, 39 illustrations, réalisées entre 1979 et 1984, nous exposent corps, carcasses et chairs à vif. Un Jeune Homme Eventré nous plonge dans la genèse psychologique d’un des principaux groupes de rock alternatif Français.
Parution Avril 2017. Pour en savoir +

Morceau composé après l’attentat contre Charlie Hebdo, en janvier 2015. Libéré publiquement le 14 novembre 2015, en hommage aux victimes de cette nuit.

A nos ami.e.s du Bataclan, du Petit Cambodge, de Charonne et de la Fontaine au Roi...

JPEG - 60.7 ko
JPEG - 19.8 ko
  • Interview sur Radio Canada de François, chanteur de Bérurier Noir lors de son passage à l’UQAM (Québec) pour une conférence sur son parcours personnel entre 1974 et 1989.pour écouter l’interview, clique ici
JPEG - 40.7 ko

Le groupe Bérurier Noir est profondément choqué par l’assassinat politique perpétré hier par des néo-nazis. Le groupe affiche sa totale solidarité envers les idéaux anti-totalitaires de Clément et condamne toute forme de violence politique.
Une pensée amicale est envoyée à toute sa famille. Salut à toi Clément.

C’est le mois de décembre et on n’a toujours pas retrouvé la Mère Noël ! Par contre, quelques infos très fraiches :

Les rééditions BERURIER NOIR en format double CD sont disponibles ; un peu partout, chez les bons comme les mauvais disquaires, et forcément à pas cher du côté de LaDistroy. Si tu as envie de confier tes dernières économies à une distribution alternative (il en reste, si si !), c’est là bas qu’il faut aller.

JPEG - 21.8 ko

Donc au programme, pour cette première fournée : Macadam Massacre, Concerto pour Détraqués, Abracadaboum et Souvent Fauche Toujours Marteau. Tous les disques sont en édition double CD, avec des tracklists réorganisées, plus légères et plus cohérentes, des artworks qu’on a ressortis des cartons (notamment les pochettes des EP et des Maxis), des posters et des livrets conséquents (20 pages couleurs pour Abracadaboum !) incluant dessins et photos rares ou inédites. Il y a aussi un peu de matériel audio rare sur le 2è CD de Souvent Fauché Toujours Marteau. Bref, probablement l’édition la plus aboutie graphiquement parlant, à ce jour en tout cas. Pour les autres disques (Viva Bertaga, La Bataille de Palikao, Enfoncez l’Clown, Carnaval des Agités), patientez quelques semaines et n’allez pas claquer vos ronds dans les vieilles éditions aux enchères ici ou là. Parce qu’on met la même attention à la réalisation des 4 prochains albums à venir et qu’il devrait y avoir des bons bonus dedans !

JPEG - 25.1 ko

Si tu as envie d’en savoir un peu plus sur ces rééditions, il y a le site internet Archives de la Zone Mondiale qui a ouvert ses portes. Ca va être l’endroit idéal pour suivre les autres projets de rééditions, qu’ils soient Béruriers ou d’ailleurs... On en profite pour signaler que Nyark Nyark est de nouveau disponible et que si t’es connecté-e zéros sociaux, y’a moyen de nous suivre par ici ou par là.

JPEG - 24.3 ko

Enfin, parce qu’on est même pas morts en 2012, disponible depuis hier, pour les téléphones et tablettes sous Android : l’Appli pas très nette de Bérurier Noir. Des textes, des images, du son pour faire le/la malin-e toi aussi dans le bus ou le métro. Un très très gros merci à Arnaud, le petit bérurier responsable de ce très chouette projet !

A tout-es les agité-e-s,
qu’ils soient à Notre Dame des Landes ou dans les périphéries urbaines,
Salutations Bérurières !!

Avis à la population, avis aux mineurs en danger !

Au départ, il n’y avait rien, NADA ! Mais une fois sortis de la grisaille bétonnée et du MACADAM MASSACRE en 1983, ils écumèrent plus de 200 CONCERTOS POUR DETRAQUES. A chaque fois, ce fut un JOYEUX MERDIER, à mi-chemin entre un cirque punk et une manif’ joyeuse, colorée et bruyante. En 1987, ABRACADABOUM ! Ils inventent le Folklore de la Zone Mondiale. La tête pleine de rêves mais trop SOUVENT FAUCHE ET TOUJOURS MARTEAU, le troupeau d’rock met un terme en novembre 1989 à sept ans d’insoumission rock.

Décembre 2012.
Les fantômes sont de retour et proposent une nouvelle version CD de leurs quatre albums studio, indisponibles depuis trop longtemps.

Tant qu’il y a du noir,il y a de l’espoir.

A tous, viva Bertaga !

Bérurier Noir

JPEG - 423.4 ko

++ Rééditions 4 Doubles albums ++
disponibles le 5 décembre 2012

  • MACADAM MASSACRE + NADA
  • CONCERTO POUR DETRAQUES + JOYEUX MERDIER
  • ABRACADABOUM + ILS VEULENT NOUS TUER
  • SOUVENT FAUCHE, TOUJOURS MARTEAU + INEDITS & LIVES

CONTACTS

Face à l’injustice et pour le respect de la liberté d’expression : Solidarité Bérurière aux manifestants québecois, notre esprit de révolte vole vers vous camarades. Solidarité également aux nombreuses victimes de la répression et des violences policières.

vidéo extraite du site Anonymous Francophone

Nouvelle lettre d’infos Bérurière et irrégulière bien entendu ! Au sommaire de celle ci, quelques infos sur des membres du troupeau d’rock et un "Bérurier Dossier Noir" à télécharger (en cliquant sur l’image ci dessous) !

Le nouvel et ultime album de Bérurier Noir propose 12 histoires inédites, dans un beau digipack illustré "comme un livre" par Loubet-Loubet. Mélange d’espoir désabusé, de spontanéité enfantine et d’une sincérité toujours enragée, cette galette reste fortement influencée par les parcours personnels de chacun des membres du groupe durant ces 15 années d’invisibilité...

Tracklist : Le cerf, le druide et le loup - ­Coup d’état de la jeunesse - Dans un rêve flamboyant - Love in Laos - E.S.B. (Empire State Bulldog - L’enfant bleu - La pluie - On en a marre - La fille du delta - Liberté - Sur la piste inconnue - Quelque part

CD Digipack (+poster) - Dispo sur www.ladistro.fr

Considérant que l’aventure bérurière entre 1983 et 1989 est restée dans le cœur de tous comme une époque héroïque, empreinte d’amitié et de solidarité, et que nous devons la préserver ; considérant également que le retour du groupe entre 2003 et 2006 fut provisoire et qu’il ne s’agissait pas d’une reformation classique, le groupe Bérurier Noir décide de s’auto-dissoudre en mai 2006. Il sortira dans quelques mois un nouvel album pour signifier la fin de cette aventure collective, généreuse et combattive, une façon de rendre hommage au mouvement de la jeunesse qui a soutenu le groupe depuis plus de vingt ans. Salutations bérurières.

Bérurier Noir vient de terminer l’enregistrement de son futur album studio. Près d’une vingtaine de titres sont dans la boite...

Pour ceux qui ont assistés aux derniers concerts, on y retrouve évidemment le Cerf, le druide et le Loup, Chat, l’enfant bleu, coup d’état de la jeunesse, Empire State Bulldog ou encore Quelque part ou la Pluie (présents eux sur le DVD Opéra des Loups).

Affaire à suivre au printemps 2006 !

L’Opéra des loups, c’est le nom du nouvel opus Bérurier Noir, disponible depuis le 21 novembre. Il s’agit d’un DVD live, retraçant 4 concerts entre 2003 et 2004 (Rennes / Paris / Québec / Dour), accompagné d’un documentaire de 26mn autour du concert à Québec. Tout le long du DVD, vous retrouverez une aventure graphique réalisée par le collectif Organic Comix. Le DVD est proposé seul dans un boitier format DVD et est accompagné d’un CD audio live, Chants des Meutes, dans son format digipack.

Réapparaissant à 4 reprises entre 2003 et 2004, le spectre de Bérurier Noir à de nouveau fait trembler la terre, pleurer le ciel et cracher le feu ! Rassemblant à chaque concert-évenement la jeunesse itinérante, c’est à l’Opéra des loups que le groupe vous invite dans sa dernière aventure sonore et visuelle...
A travers un DVD retraçant les épopées des concert de Rennes, Québec, Dour et Paris, c’est plus de 3h30 d’images prises sur le vif, avec en sus un documentaire sur la préparation du concert au Festival d’Eté de Québec, un comics vidéo s’imbriquant entre les concerts et quelques bonus bien cachés...
L’Opéra des loups se voit compléter par une illustration auditive "Chants des Meutes", concentré d’énergies et reflet d’une rage intacte reprise en choeur par les milliers d’agité-e-s présents ces soirs là. 16 titres pour voyager avec Bérurier Noir et son troupeau d’rock, du pays des caribous à celui des banshees, en passant par le royaume de la bière...

Opéra des loups (DVD : 3h40)
- Concert à Québec (Festival d’Eté - 11 juillet 2004)
- Concert à Dour (Festival - 18 juillet 2004)
- Concert aux Voûtes - Paris (Fête de la CNT - 15 mai 2004)
- Concert à Rennes (Transmusicales - 4 décembre 2003)
- Territoire Libéré (documentaire sur le concert de Québec)
- Film d’animation Organic Comix
- Clips vidéo Folklore de la Zone Mondiale (Cellule X, Ethnopaire, Brigada Flores Magon...)
- Bonus Fantômes

Chants des meutes(CD live : 1h07) - uniquement format digipack
Intro 1989-2004 - Lobotomie - Vivre libre ou mourir - Noir les horreurs - Le Renard - Le cerf, le druide et le loup - Vive le feu - La danseuse de l’Orient - Bûcherons - Porcherie - Scarabée* - S.O.S* - Chat* - Liberté !** - Salut à toi - S.A.T Free Dub

Tous titres enregistrés à Québec le 11 juillet 2004,sauf * : enregistrés à Dour le 18 juillet 2004 et ** : enregistré à Rennes le 4 décembre 2003

Le DVD+CD et le CD sont dispos à prix alternatif sur ladistro.fr

Bérurier Noir offre un retour sur images avec la parution de Ta Rage n’est pas perdue.

Été 2004 : les fantômes sont de retour au Québec. Dans la folie d’une Fiesta Bérurière au Festival d’été, Bérurier Noir rassemble 50.000 agités et déchaîne les éléments !

Dès le 10 juin 2005, Bérurier Noir offrira au Québec un retour sur images avec la parution de Ta Rage n’est pas perdue. Cet ouvrage de 160 pages regroupe quelques 100 photographies rétrospectives de Roland Cros, une immersion narrative de Viriginie Despentes et un encart d’illustrations signées Laul, clown suicidaire du Troupeau d’Rock.

À travers son objectif, prolongement mécanique du regard, Roland Cros saisit la geste bérurière, tant politique qu’esthétique. Ces arrêts sur images dévoilent l’envers émotif et sociologique d’une aventure amorcée en 1983, suicidée en 1989 et transformée en 2003. Sur scène ou en coulisses, par le contraste du noir & blanc comme par la vivacité des couleurs, il révèle la force fusionnelle d’un groupe et son public, détonateurs inséparables de Bérurier Noir.

Auteure de Baise moi, Les Chiennes savantes, Les Jolies choses, Virginie Despentes déambule au milieu de ce joyeux bazar éclectique et avant-gardiste depuis les premiers cris de l’épopée bérurière. Par la verve de ses souvenirs, elle retrace dans Ta Rage n’est pas perdue toute la pertinence d’une démarche qui ne perd rien de sa modernité.

Dispo sur www.ladistro.fr

Pour célébrer les retrouvailles émouvantes sur les plaines d’Abrahams et donner suite à la parution du DVD/CD "Même pas mort",Bérurier Noir publie pour la première fois au Canada sa discographie intégrale.

Quinze années d’abstinence n’entament pas la passion qui unit Bérurier Noir et le public québécois. La Fiesta Bérurière du 11 juillet dernier à Québec dépasse les plus folles prédictions. Une introduction orageuse transforme rapidement le site et ses occupants en immense bourbier. Un écran géant se déchire, le matériel prend l’eau, une tour d’éclairage s’effondre mais le groupe et 50.000 agité-e-s bravent les éléments pour écrire une page d’histoire. Des milliers de voix entonnent ainsi en choeur les hymnes du mouv’ment d’la jeunesse :“Première, deuxième, troisième génération, nous sommes tous des enfants béruriers !”
La génération sociale frappe encore.
Pour célébrer ces retrouvailles émouvantes et donner suite à la parution du DVD/CD "Même pas mort" (déjà certifié or), Bérurier Noir publie pour la première fois au Canada sa discographie intégrale. Le disque "Macadam Massacre" navigue entre zone banlieusarde et dérives psychiatriques sur fond musical minimaliste. Suite logique, "Concerto pour détraqués" marque cependant une prise de conscience et un refus
de la fatalité : la maîtrise de la rage. "Abracadaboum" proclame l’émancipation d’une jeunesse qui bouscule normes et tabous avec ses odes à l’insurrection. "Souvent
fauché Toujours marteau"
met un terme à l’odysée bérurière le sourire aux lèvres, le couteau entre les dents. Avec les enregistrements live Viva Bertaga, Carnaval des agités et La Bataille de Pali-Kao s’exprime toute la folie des concerts du groupe.
En version digipack et remasterisée, ces sept CD seront disponibles à prix choc dès le 24 août 2004. Une belle occasion de se souvenir en attendant demain...

Une expo photo consacrée aux Bérus aura lieu à la boutique "Teenage Kicks" du 1/11/03 au 31/12/03 au 11 rue des trois écritoires à Tours. Au programme : affiches, skeuds originaux, badges, zines, etc.

Voici quelques photos de l’expo :

Accueil&Actu X La Raïa X Légende X Punkographie X Imagerie X FZM X Concerts X Salutations X Liens